MàJ - Appel aux ONG progressistes pour appuyer ma proposition de confier au Directeur parlementaire du budget le mandat d’analyser les accords de libre-échange

bigstock-World-map-countries-in-color-255936441.jpg

Mise à jour :  le Réseau pour le commerce juste répond favorablement à mon appel

Aujourd’hui, j'adresse une lettre ouverte à trois ONG progressistes – le Réseau pour un commerce juste, le Conseil des Canadiens et le Réseau québécois sur l’intégration continentale qui militent pour plus de transparence dans la négociation des accords de libre-échange – afin d’appuyer ma proposition de confier au Directeur parlementaire du budget (DPB) l'examen de tous les accords de libre-échange signés par le Canada avant ratification au Parlement.

« Cet effort mettrait fin à l’exemption dont bénéficient les accords de libre-échange, qui ne sont pas examinés comme l’est toute autre initiative publique impliquant un milliard de dollars, que ce soit un pont ou un budget, au Parlement fédéral du Canada. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les accords de libre-échange ne sont pas des contrats du secteur privé; ils sont des parties de biens publics qui appartiennent conjointement aux citoyens et aux gouvernements signataires.»

Je rappelle que le gouvernement Harper a toujours affirmé que l’accord Canada-Europe créerait 80.000 nouveaux emplois. Or, il n’existe aucune étude publique qui vient étayer ce chiffre et le gouvernement a été incapable de fournir l’origine de ce chiffre.

« En tant que citoyens, vous êtes en droit de savoir ce que le gouvernement fédéral signe en votre nom. Et les parlementaires qui vous représentent doivent être en mesure de ratifier un accord en toute connaissance de cause. »

La lettre est disponible ici

L'article du Devoir au sujet de mon initiative : « Le Canada pourrait tirer profit d’un regard indépendant »